Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les priorités en cette période de rentrée pour les acteurs associatifs et les associations d’accompagnements de migrants au Maroc

par franck nama 29 Août 2015, 13:49 migration intégration

rentrée international des militantsCCA  29&30 août 2015
rentrée international des militantsCCA 29&30 août 2015

Dans un extrait du dernier discours tenu par le roi sa majesté Mohamed VI lors de la fête du trône il disait « je suis profondément convaincu que l’Afrique est apte à son essor » ainsi faisant , préférant le terme Maroc terre accueil à celui de terre de refuge le roi de manière inextricable j’étais les jalons mire pour indiquer le chemin à prendre par tous les acteurs peu importe l’horizon y compris ceux travaillant sur la question de la migration au Maroc . Il n’est de secret pour personne, si oui secret de polichinelle que la question de la migration au Maroc est devenue ces derniers temps le champ préférentiel de tous les aventuriers sans distinction de calibre en quête de financement ; Prêt à labourer les vies des migrants pour en tirer le maximum, le vice tinté par une vicissitude sans pareil. Vecteur de toutes les vulnérabilités galopantes dans le quotidien des migrants. C’est d’ailleurs probablement la raison pour laquelle le roi ici n’arrête de marteler en appelant tous et chacun sur la corde humanitaire qui est gage de dignité pour les migrants. Car en faisant une interprétation des différentes politiques sur le plan social, un certain nombre de faits se dégagent et crient à un changement serein et immédiat qui font ici l’objet pour nous de priorité en cette période de toutes les rentrées (rentrée académique, électorale et législative, rentrée dans les chancelleries..etc)

PREMIERE PRIORITE.

Les mineurs non accompagnés. Par le fait qu’ils sont des enfants, par le fait qu’ils n’ont pas de parents prenant soin d’eux sur le territoire , qu’ils sont abandonnés à eux même. Cette catégorie couverte par des conventions internationale doit faire l’objet en cette période de la rentrée académique d’une attention particulière. Il est clair que la majorité des acteurs déclarent que ces derniers ne veulent pas s’installer, qu’ils ont un seul objectif se rendre en Europe. Nous disons que cette question doit être traitée avec méthode, stratégie et professionnalisme. La communauté guinéenne appuyée par le centre culturel Africain proposait déjà de faire un recensement de ces derniers dans l’ensemble du territoire, afin d’avoir des donnés et des informations de nature à pouvoir influencer la décision des enfants car après tout ils ne sont que des enfants, si nous sommes capable de détourner les projets de voyage des adultes, o combien en serons nous capable pour des enfants ? Ici l’objectivité veut que les personnes au premier plan pour la gestion de ce problème soit les personnes proches par la nationalité, la langue et la culture c’est elles qui sauront le moment donné parlé le langage de la raison elles même ayant été à un moment soumis à un dilemme similaire dans leur vie. Ces enfants étant sans papier, Il revient déjà aux autorités de lancer une campagne spéciale pour ces derniers afin de leurs permettre d’avoir de manière systématique le droit à une carte de séjour. Des fonds urgents doivent être mis à dispositions pour permettre une prise en charge efficiente des ses derniers en terme d’accompagnement psychologique ceci par des activités récréatives , des visites d’entreprises pour donner à nouveau le droit de rêver ,puis la formation, le tout dans des conditions d’hébergement saines .

DEUXIEME PRIORITE

Le chantier de la traite humaine. Il n’est de problèmes dans le combat pour les droits de migrants au Maroc qui soit aussi grave et négliger au plus haut point par les acteurs et institutions supposés garantir la sécurité ,l’intégrité physique ,et psychologique des hommes et des femmes victimes de ce crime d’une rare violence .il est connu depuis une bonne décennie dans ce pays le cas des trafics des femmes originaires du Nigeria puisque qu’il faut bien le dire victime d’une forme pervertie de tontine communément appelé au Nigeria « l’awalla » en effet des femmes jeunes parfois même encore mineurs sont prisent auprès de leurs familles contre une promesse d’un voyage en Europe préfinancer par le proxénète qui passe devant la famille de la dernière comme étant un bienfaiteur vu le contexte de la famille africaine qui veut qu’on soit bon avec sa famille. ici la famille de la fille s’engagera en accord avec cette dernière à rembourser les sommes consenties pour être investi dans le voyage, et pour établir un mémorandum de consentement. au lieu d’engagement écrit et juridique ,c’est plutôt un pacte qu’on peut traité ici de magie noire qui sera fait.

En effet la jeune femme se verra les poils pubiens rasés , des scarifications faites sur le corps pour y prélever du sang le tout mélangé à des décoctions d’écorces d’arbres et à des herbes maléfiques qui une fois consommé par la jeune demoiselle ,soumettront cette dernière à l’autorité de son désormais maitre et bourreau .ceci est le cas de bon nombre de jeunes demoiselles, et dames aujourd’hui qui arrivent au royaume fraiche ,enfermées dans des maisons closes ou elles seront soit vendu quand leur patron disposent de plusieurs filles pour élargir les sources de revenus .ses dernières travaillerons comme esclaves sexuelles jusqu’ au jour, alors qu’elles sont sur le point de payer leurs dettes leurs vicieux patrons les revendrons sans leur demander leur consentement à une autre personne qui les exploitera sous une autre forme . Prise comme compagne dans le cas d’espèce, à la différence qu’elle ira à la rue mendier , la raison étant généralement qu’elle a défraichie suite à une ou plusieurs grossesses ou à une série d’avortement incontrôlée qui aurait affecter sa beauté gage de sa valeur marchande . C’est ainsi que prise au piège elle finit par se faire à l’idée du system au point de se lancer à son tour en complicité avec son bourreau devenu partenaire pour créer une maison close. En faisant la commande des jeunes filles à leurs tours aux commerçants qui n’arrentent pas de faire la ligne pour ramener la marchandise qu’ils distribuent en Libye, en Algérie, au Maroc pour exploitation et un débouché en Europe.

Au vu de ce mal connu de bon nombre de responsables d’un certain niveau, une obligation s’impose. Au risque de se répéter la question du traitement des problèmes de la migration subsaharienne au Maroc est sous le seau humanitaire sur haute recommandation de sa majesté le roi Mohamed VI. Ceci dit une mission immédiate doit être diligenté par les autorités en collaboration avec les associations actives sur le sujet pour donner la liberté à tous les captifs, pour affranchir les femmes victimes de traite sur l’ensemble du territoire Marocain. Des poursuites doivent être enclenchées contre les trafiquants sur le parcours et les différentes étapes du processus. Une série d’accompagnement doivent voir le jour pour les personnes qui sont prêtes à dénoncer le trafic. Une prise en charge psychologique un accompagnement du haut commissariat pour les refugiés car c’est là des personnes vulnérables vu les ramifications qui pourraient frapper en cas de retour dans leur pays d’origine, Un code des étrangers devrait ainsi voir le jour pour encadrer les spécificités inhérentes à la migration avec de prime à bord un certain nombre de disposition pouvant encourager les victimes à dénoncer leurs bourreaux.

TROISIEME PRIORITE

L’insertion professionnelle. La question de l’intégration des migrants dans le tissus socio- économique du Maroc est un challenge que bon nombre d’associations se sont engagées à relever, seulement pourrait on prétendre à un tel challenge sans soit même être libérer de tous les sous entendu que l’on ne cesse de digérer à contre cœur donc à savoir.

  • Plusieurs milliers de marocains sont au chômage.
  • Nous ne pouvons pas rendre des services aux migrants qu’on ne rend déjà pas aux marocains.
  • Il faudrait faire attention de régler des problèmes profondément de peur de créer un précédent.

La réponse ici est simple à chacun sa mission il ne revient pas à un acteur des questions de la migration de vouloir solutionner par on ne sait quel alchimie les problèmes des populations autochtones sous prétexte qu’on est soit même marocain. Ce qui est une fois de plus la démonstration du manque de maturité de certaines associations qui définitivement ne produisent pratiquement jamais après leur projet de formation des travailleurs et des emplois. D’ailleurs le roi l’a dit dans son dernier discours « l’Afrique doit faire confiance à l’Afrique » une économie portée par des subsahariens doits voir le jour « Alea jacta es » le sort est jeté. Des PME qu’on orienterait par catégorie, en groupement d’initiative commune à l’image de la diaspora chinoise au Maroc qui est présente mais dans des sites de travail, l’homme noir doit arrêter d’être présenté comme le caillou dans la chaussure. Ceci est dégradant pour toute la race noire qui souffre déjà le martyr de plusieurs formes d’exploitations depuis maintenant des décennies interminables.

Franck nama

commentaires

Haut de page