Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

imperialisme associatif ,ses associations qui tirent la nouvelle politique migratoire vers le bas

par franck nama 23 Septembre 2015, 16:32 MIGRATION MAROC

leaders avec le ministre des MRES

Le moi août dernier, l’association Alecma « Association lumière sur l’immigration au Maroc » donnait une conférence de presse au siège du CRDH à Rabat ; au cours de laquelle elle présentait alors le rapport d’une mission d’observation dans les régions du Nord et du Sud, suite à la mise en place de la nouvelle politique migratoire. Travail de qualité qui venait donc interpeler à nouveau les acteurs et les institutions sur le reste considérable de choses à faire, afin de permettre une prise en compte globale des problèmes spécifiques liés à la migration subsaharienne au Maroc en fonction des régions.

Au cours de cette conférence, une inquiétude venait néanmoins troubler la sérénité de l’assemblée dont l’attention était interpellée par une question de Monsieur Serge Guemou, vice-président du Conseil des Migrants et responsable de la Communauté Camerounaise. Il s’indignait de l’exploitation faite par les associations d’accompagnements des migrants à l’instar du GADEM, du VFMAS et de l’AMDH, du décès de Clément.

Pour la petite histoire, Clément est un jeune camerounais qui a eu le malheur de succomber suit à des blessures apres à un assaut sur la frontière de Melilla, violement réprimandé par les forces de l’ordre de la Guardia Civile Espagnole qui lui aurait assenée des coups suite auxquelles il perdra la vie. L’agonie post violence a été filmée par une jeune étudiante, à l’époque en stage au Vfmas. Au lieu de le ramener à l’hôpital, ce qui aurait pu le sauver, ils ont continué à filmer son agonie pour exhiber aux yeux du monde un visage ensanglanté ; souffrant ; afin d’alimenter leur campagne de dénonciation.

Pour ne pas montrer les services d’urgence présents qui paraissent dans la vidéo et qui pouvaient bien sauver la victime, la vidéo fut réduite « Number 9 Stop Violence to the Borders » Puisqu’ils s’agit de son nom en ligne sur youtube, la vidéo « Numéro 9 » fera la une des médias et dans des festivals de  film ,la vidéo sera présentée pour effectivement dénoncer les violences faites au frontière du Maroc et de l’Espagne. Bonne initiative à priori, mais là ou le bas blesse, c’est quand la famille de la victime est interpellée par les promoteurs de la vidéo et reçoit la promesse qu’elle recevra la dépouille de clément dont le malheur a fait le bonheur de ces associations tout au moins en terme de visibilité, la visibilité qui est source de crédibilitée et dont de financement. Depuis lors , la famille attend toujours d’enterrer le corps de clément dont l'histoire filmé en direct a été exploité encore et encore .

   Pourtant personne ne peut dire aujourd’hui avec exactitude s’il est toujours à la morgue ou si simplement il a été enterré ,et quand bien meme il aurait été enterré ses associations ne sont pas capable de monter l'endroit ou a été enterré Clement.Avec toute l’émotion soulevée par cette histoire , une campagne de « fund raising » aurait put être organisée pour permettre le retour de la dépouille au Cameroun mais que non , les migrants ne sont que des objets qu’on jettent après usage , c’est d’ailleurs la raison pour laquelle aujourd’hui un discours d’espoir, une vision positive de la politique d’intégration est mal perçue par ses chantres du chaos qui s’engraissent sur la misère des noirs à qui en réalité ils n’apportent aucune assistance réelle ,pour qui d’ailleurs aucun souhait d’une situation humainement digne n’est porté . La preuve au cours de la même conférence , un autre interlocuteur répondant au nom de Camara laye , le coordonateur du conseil des migrants soulèvera un autre point centrale portant sur le fait qu’un certain nombre d’associations de défense des droits des migrants étaient farouchement opposé à la campagne de régularisation des migrants à savoir le Gadem et l’AMDH de manière systématique et publique. Ces derniers recommandaient aux migrants de ne pas déposer des dossiers auprès des services compétents au risque de se faire ficher , car si ces derniers d’après eux se retrouvaient en Europe de manière illégale , ils courraient le risque de se faire refouler au Maroc et d’ailleurs , ils refusaient de délivrer des preuves aux migrants ayant travailler avec eux ou étant passé dans leurs services pour une raison ou pour une autre à l’instar de charitas que l’on ne cessera de remercier pour ce qu’il a fait à cet effet, quand au premier cité quant il le faisait pour un cas cité en pleine conférence , en occurrence : Alain Mpondo vice président du collectif des communautés subsahariennes au Maroc qui témoignait en disant que le Gadem lui avait délivré une preuve de présence sur le territoire Marocain sans date définie , détail crucial qui démontre purement et simplement la mauvaise foi. Au final, monsieur Mpondo alain n'a put avoir ses papier qu'une campagne plus tard c'est à dire deux ans apres lors que la deuxieme campagne. Il était question pour eux d’empêcher que les migrants d'origines africaine noirs soient en règle. Car plus les noirs seront en règle moins il y aura des cas de plainte et d’abus dont sonnera la fin des rapports pompeux de dénonciation stérile ; leur fond de commerce par excellence. Car ici toute agression qu’elle soit de nature criminelle ou non, est rapidement traduite en acte de racisme et de xénophobie couteau à double tranchant quand on connait l’impact négatif de la victimisation dans un processus d’intégration et pourtant, d’ailleurs, c’est très rarement le cas et quand bien même c’est les cas l’on n’a jamais entendu à l’exemple d’un suivi d’un dossier à Nador par chramti Said qui courageusement après une agression sur un jeune malien à Nador a suivi l’agresseur jusqu'à la cour au point de le faire condamné. Mais que non nos grandes machines de protection qui dénonce sans suivi d’une seul enquête ou une restitution du jugement au publique quand c’est le cas pour faire valoir l’état de droit car après tout le Maroc c’est pas une jungle, des jugements sont rendus, des coupables punis mais l’on utiliseras pas cela pour faire un tapage médiatique afin d’intimider de futur contrevenant qui sauraient alors que les droits de tous les hommes qu’ils soient étrangers ou non sont garantis par la constitution et sont susceptible d’entraver une fois violer leur liberté. Pourtant , un constat intrigue depuis un temps les leaders associatifs d’origines subsahariennes le nombre de membre de ces fameuses associations dans la commission de recours de la grande campagne de régularisation dont on sait aujourd’hui qu’elle peine à donner suite aux attentes des migrants ayant introduit des demandes de recours, nombre qui est tout de même disproportionné , vu les faits cités précédemment néfastes pour les migrants qui ne font plus confiance aux opportunistes résolus désormais démasqués. Le comble pour que le jeux reste bien huilé , ils musèlent la liberté d’expression de tout acteur associatif d’origine subsaharienne s’exprimant de manière objective sur des questions précises ayant trait à la migration en leurs interdisant l’accès au réseau forum migrant qu’ils administrent, ils clochardisent les leaders dans des processus de justificatif après des missions de terrain , ils dressent les leaders noires les uns contre les autres en utilisant la vulnérabilité ambiante qu’ils ont au préalable entretenue la preuve d’un impérialisme masqué sous le couvert de l’associatif le cas du forum mondiale des droits de l’homme à Marrakech qui a la particularité d’avoir mis à jour les manipulations dont sont victimes les associations de migrants. Au fait, pendant le dit forum, par l’appui financier de la fondation Heinrich Boel les leaders associatifs se regardaient en chien de faïence par l’orchestration de l’intermédiaire toujours membre de l’association suscité qui était allé prendre de l’argent à la fondation sans que les leaders lui en aient donné l’autorisation.

Nous dénonçons à cet effet vivement cet état de choses en déclarant que toute association voulant réellement contribuer à l’intégration des migrants, à la protection de leurs droits , doit s’inscrire dans la stratégie d’immigration et d’asile lancée par le ministère de la migration ,de manière à travailler main dans la main pour porter les fruits dignes du grand désire de sa majesté le roi Mohamed VI de voir une politique migratoire humaniste sur pied.

Franck Nama

commentaires

Haut de page